DS9 : tendance luxe

 In Actus

DS nous a réservé une surprise avec sa nouvelle grande berline, le constructeur ne s’intéresse finalement pas qu’aux SUV, et c’est tant mieux. Basé sur une plateforme de Peugeot 508, reprenant tous les goodies de la DS7, la nouvelle DS9 met la barre assez haut. Souhaitons lui bonne chance.

Avec sa nouvelle berline, DS ambitionne de tailler des croupières aux berlines allemandes Premium aussi bien sur le marché occidental que chinois. Un pays où DS a essuyé un échec cuisant avec sa berline DS5, il est vrai particulièrement peu aboutie et fort peu séduisante. Un échec qui a sans doute plombé d’ailleurs la joint-venture entre PSA et Changan, très ambitieuse au début, mais qui s’est achevée par une véritable Bérézina…

Heureusement, cette fois le constructeur a mis les moyens. La DS9 n’est en effet pas une berline au rabais. Elle utilise il est vrai la plateforme de la Peugeot 508 mais plus par choix , vu les qualités de celle-ci, que par dépit. D’ailleurs cette plateforme EMP2 s’allonge quelques peu (empattement de 2,90 m) pour l’occasion et la satisfaction des passagers arrière. Cette grande berline de 4,93m vient ainsi livrer bataille aussi bien aux Mercedes Classe E et C, Audi A4 et A6 ou BMW Série 4 ou 5. L’habitacle est traité avec soin (écran tactile, finition losange tout partout, cuir Nappa ou Alcantara, éléments en cristal) et typique désormais de la marque mais se montre très similaire à celui du SUV DS7. La dotation est d’ailleurs quasiment identique : conduite semi-autonome de niveau 2 comprenant un régulateur de vitesse adaptatif avec fonction embouteillage et maintien actif dans la voie, stationnement 100% automatique, vision de nuit, détecteur de fatigue par caméra,  mais aussi la fameuse suspension active gérée par des capteurs et une caméra. Rien de plus toutefois et c’est un peu dommage.

Débarrassée des motorisations diesel, cette nouvelle DS9 fait uniquement confiance à des blocs essence et hybrides. On trouvera en effet d’abord le moteur essence PureTech de 225ch puis trois hybrides : 225ch avec un moteur électrique de 110 ch une batterie de 11,9 kWh pour une autonomie tout électrique de 50 km (cycle WLTP) puis 250 ch, avec une autonomie majorée et enfin une version 360ch développée par Peugeot Sport Engineered dotée en plus d’une transmission intégrale dite intelligente annoncée pour une autonomie en tout électrique de 50 km là encore.

Laisser un commentaire

Start typing and press Enter to search