Land Rover Defender… enfin là

 In Actus

Rarement un constructeur automobile nous avait tant fait languir, jusqu’à teasers après, teasers, annonces après annonces, nous lasser quelque peu. Mais cette fois l’iconique Land Rover Defender est bel et bien là. Ce vrai 4×4, capable de traverser tous les continents par tous les temps, reste finalement assez proche du projet originel. Le style moderne s’il en est divise donc toujours les passionnés des « voitures carrés ». Ceux qui roulent en « voitures plates » n’y comprendront sans doute rien mais ce dernier bastion de l’aventure sur quatre roues aura peut-être du mal à convaincre la puriste notamment par ses tarifs assez salés. Heureusement les autres seront à tous coup séduits par son style néo rétro tellement tendance et par son fort contenu techno.

Toujours aussi anguleux, carré, cubique tout ça tout ça mais bel et bien solide et fier, ce véritable 4×4 ne s’éloigne pas et c’est une surprise des premières études de style si critiquées. Heureusement les petites surfaces vitrées, le pare-brise assez vertical, les panneaux de carrosseries plats très « présents » lui confèrent une personnalité disons… très personnelle. Ce gros costaud de 2 mètres de larges hors rétroviseurs et 1,97 m de hauteur tient sa place. Il est proposé en deux longueurs car le « 90 » qui toise 4,32 m cohabite avec le « 110 » mesurant 4,76 m. Le petit 90 offrira jusqu’à six places, tandis que le 110 se montre bien plus modulable avec cinq, six ou encore 5+2 places, au choix. Ces deux versions reposent sur un châssis entièrement en aluminium baptisé D7x qui ne l’empêchent pas de dépasser les 2 tonnes. Mais ce n’est pas son seul luxe.

Ce vrai 4×4 doté d’une gamme de vitesses courtes bénéficie d’une gestion variable du couple avec blocage de différentiel actif en fonction de l’adhérence. Capable de traverser des gués jusqu’à une profondeur de 900 mm, il bénéficie d’une suspension pneumatique qui lui permet d’abaisser sa hauteur de 50 mm ou de la relever jusqu’à 75 mm, voire de 70 mm supplémentaire dans les cas extrêmes. Ses angles d’attaque et de fuite de 38° et 40° font de lui un franchisseur comme sa capacité à s’aventurer sur des devers de 45°.

On n’oubliera pas non plus le génial et si efficace système Terrain Response configurable, qui gère telle la bonne fée le moteur, la transmission, la direction, les différentiels et l’antipatinage pour le mieux et en toutes circonstances. Mais pour être complet il faut vite évoquer également  les caméras panoramiques 3D avec technologie Wade Sensing (détection de passage à gué) qui vous indique la profondeur du cours d’eau traversé, ou encore le contrôle anti roulis actifs, l’aide au démarrage en côte et en descente, le régulateur de progression, etc.

Ce nouveau Land Rover Defender accueillera sous son capot des motorisations très modernes qui effraieront à n’en pas douter les baroudeurs à commencer par un six-cylindres à hybridation légère 48V de 400ch et un quatre-cylindres de 300ch pour le volet offre essence. Mais aussi deux diesel de 200ch et 240ch sont aussi prévus. Tous seront attelés à une boîte automatique ZF 8 rapports. La gamme comprendra comme souvent chez Land Rover les versions Defender, S, SE, HE, First Edition mais aussi Defender X pour le très haut de gamme. On pourra aussi agrémenter l’équipement avec des packs d’accessoires Explorer, Adventure, Country et Urban. Quoi qu’il en soit ce Defender 2020 ne sera pas offert puisque le 110 commencera à 55.900 € tandis que le 90 qui sera disponible un peu plus tard ne débutera pas en dessous de 49.900 €.

Si la transformation du Defender semble réussie sur le papier, il faudra néanmoins transformer l’essai et tenter de conquérir un public qui appréciait autrefois la simplicité et la robustesse de l’anglais. Bardé d’électronique, plus raffiné qu’avant et moyennant au moins 50 000 €, le défi est loin d’être gagné.Deux versions, comme avant : Le nouveau Defender sera disponible en versions 90 et 110.

Laisser un commentaire

Start typing and press Enter to search