BMW X7 M50d : luxe sommital !

 In Essais

Avec son nouveau X7, BMW nous propose en dernière analyse rien moins qu’une fastueuse Série 7 généreusement surélevée. Une voiture luxueuse et raffinée, performante et extrêmement bien équipée, pour ceux qui cèdent à la mode surprenante et foudroyante des SUV.

Il y a quelques années personne n’aurait imaginé le succès incroyable des SUV. Un segment qui booste complètement le marché automobile et qui ne semble aucunement s’essouffler. Chez BMW comme chez tous les constructeurs, cet engouement ne pouvait rester sans réponse. Les constructeurs sont avant tout des vendeurs d’automobile et il serait bien peu avisé de leur part de ne pas répondre à une demande aussi appuyée. Et même si l’on en vient à proposer des véhicules inimaginables il y a peu de temps encore. Chez BMW les SUV ont été une petite révolution mais semblent particulièrement bien intégrés aujourd’hui, d’autant qu’ils représentent désormais 45% des ventes, en France tout du moins. Et ces chiffres devraient rapidement se bonifier encore car la famille SUV comptant déjà les X1, X2, X3, X4, X5, X6 se complète aujourd’hui d’un imposant X7 destiné à rivaliser avec les Mercedes-Benz GLS, Audi Q7 et autres Range Rover.

Le X7 inaugure en quelque sorte le nouveau style « haut de gamme » de BMW, incarné si l’on peut dire par cette nouvelle calandre si impressionnante. Entouré d’une paire de feux à Led largement étirés celle-ci s’éloigne radicalement du style Shark Nose originel. Diversement appréciée, cette bouche géante se marrie finalement très bien avec le reste de la voiture qui donne dans la démesure. Car en toute logique ce nouveau X7 entend proposer davantage d’espace intérieur, de volume, que le X5 auquel pourtant il rend 4mm en largeur, toisant toujours rassurez-vous ses 2 mètres. Comme le X5, le BMW X7 repose sur une plateforme modulaire CLAR qui lui octroie un empattement de plus de 3 mètres mais également un généreuse présence avec pas moins de 1,80 m de hauteur pour 5,15 m de longueur. L’actuel Mercedes GLS et l’Audi Q7 sont dépassés.

Avec de telles dimensions extérieures il eut été dommage de se sentir à l’étroit dans son habitacle. Evidemment ce n’est pas le cas, et même les plus costauds d’entre nous s’y sentent vite à leur aise. A l’arrière même constat avec un véritable confort de limousine que ce soit en configuration sept places pour famille nombreuse ou plus raisonnablement cinq places voire quatre avec, dans ces derniers cas, un coffre réellement gigantesque qui peut pour l’anecdote atteindre plus de 2.000 litres d’espace de chargement en rabattant tous les sièges. A l’inverse la version sept places ne conserve qu’une contenance riquiqui de 326l ! Bien entendu toute la modularité, recul, avancement, rabattage, déploiement, est assistée électriquement. Il faut d’ailleurs des doigts de pianiste pour manœuvrer tout ça avec intelligence. Le traitement comme la présentation sur ce BMW X7 sont véritablement haut de gamme : deux écrans géants de 12,3 pouces, affichage tête haute, services connectés, WiFi, BMW Display Key, commandes gestuelles, levier de vitesses en verre poli à la main «CraftedClarity», toit en verre panoramique «Sky lounge» (900€), cuir fin à peu près partout, sellerie surpiquée à motif, boiseries innovantes, oreillers d’appuie-tête, moquette épaisse et sur-tapis, sièges chauffants et même massants couronné d’une installation hifi de très belle qualité Bowers & Wilkins, la liste est (très) longue… mais figure bien souvent au rang des options comme cet étonnant porte boissons chauffant ET réfrigérant (sic).

Le BMW X7 sera construit aux Etats-Unis, un marché auquel il se destine principalement, sans oublier la Chine ou le Moyen-Orient bien sûr. Ses dimensions sont donc adaptées à ce réseau routier. Chez nous son gabarit surprendra certainement un peu et s’avèrera être un handicap dans les zones urbaines encombrées. Mais sur une route plus dégagée sa dotation technique impressionnante comprenant la suspension pneumatique ajustable (+40mm/-40mm), avec le système Road Preview et sa caméra qui lit la route devant vos roues pour anticiper l’amortissement, les quatre roues directrices et les barres anti-roulis actives, ce mastodonte juché sur ses roues de 22 pouces (option) se mue pratiquement en ballerine. L’inertie de ce colosse de près de 2,5 tonnes est étonnamment très peu perceptible. Il faut vraiment le forcer pour que les règles de la physique nous reviennent à l’esprit. Même chose en tout chemin où le BMW X7 ne rechigne pas

à s’aventurer surtout s’il est doté du Pack off-road (1.950€) et ses quatre réglages répondant à différentes conditions d’adhérence. L’électronique se charge alors de tout et vous permet de de vous aventurer plus loin que vous ne l’auriez imaginé. Etonnant ! La France a retenu trois motorisations pour le démarrage de cet hypervéhicule. Le BMW X7 xDrive40i est équipé d’un six-cylindres 3.0l turbo essence de 340ch et 450Nm de couple mais celui qui séduira sans doute le plus grand nombre, le X7 xDrive30d, bénéficie d’un six-cylindres 3.0l turbodiesel de 265ch et 620Nm. Pour notre part nous avons choisi de tester l’impressionnant X7 M50d avec son six-cylindres 3,0l. diesel dans sa déclinaison à quatre turbocompresseurs sériés. Une motorisation très costaude proposant 400ch et 760Nm de couple de 2.000 à 3.000tr/min. Ce bloc plein à tous les étages grâce à sa suralimentation à étage se montre selon BMW capable d’effectuer le 0 à 100 km/h en seulement 5,4 secondes. Une performance que nous n’avons pas pu vérifier même si les accélérations dont est capable ce colosse nous ont semblé effectivement du meilleur niveau nous gratifiant dans ces occasions d’un grondement sourd assez impressionnant et très addictif. A son volant les dépassements sont une formalité ce qui concourt au sentiment de sérénité que l’on éprouve à son volant. Sur autoroute le confort est de mise avec de plus une excellente insonorisation et l’on se sent capable d’abattre du kilomètre en quantité quel que soit les conditions météo rencontrée ou le relief. Les quatre roues directrices procurent au X7 une belle vivacité tandis que les quatre roues motrices sous la haute surveillance de l’électronique et d’un différentiel autobloquant procure une adhérence de très haut niveau quel que soit l’état de la chaussée. Il faut dire que les énormes pneumatiques de 22 pouces en monte différentiée de 275/40 à l’avant et 315/35 à l’arrière, s’ils se montrent parfois un peu sonores, procurent un sentiment de sécurité important notamment en courbe où le X7 ne concède que fort peu de roulis grâce à ses efficaces barres actives.

Pour achever de tranquilliser le conducteur, BMW a bien évidemment doté son SUV du meilleur de sa technologie embarquée en particulier son ensemble Drive Assist composé de l’avertisseur d’angle mort, de franchissement de ligne, de risque de collision avant et arrière, de circulation transversale, de collision imminente et de la protection active des piétons avec freinage automatique. Auxquels il faut ajouter l’alerte anti-dévoiement, le détecteur de fatigue, ou encore l’assistant de vision nocturne. Bref du tout bon qui aidera peut-être à faire passer un tarif tout de même salé qui débute sur notre X7 M50d en finition M Performance à pas moins de 120.450€ (Malus 8.753€/10.500€). Comme le soulignait un responsable marketing BMW « le X7 est bien au-dessus du X5… »

 

 

Laisser un commentaire

Start typing and press Enter to search