Nouvelle Renault Twingo TCe 95ch EDC : repartie pour un tour !

 In Essais

La citadine Renault Twingo s’offre un restylage pour ce printemps 2019. Une évolution « couleurs et matières » assez réussie qui rend cette puce urbaine encore plus attractive. Attention la concurrence !

La petite Renault Twingo se porte toujours aussi bien. Sur un marché des citadines en progression, elle réussit à tirer habilement les marrons du feu et domine plus que jamais ses concurrentes. A ce stade un petit rappel chiffré s’impose. Renault avance d’ailleurs un chiffre assez impressionnant de 3,8 millions de Twingo commercialisée depuis 1992, dont pas loin de 1,8 million en France. Excusez du peu ! Loin d’être en reste la troisième génération de Twingo, qui partage rappelons-le sa base technique avec la Smart ForFour et par conséquent un moteur positionné à l’arrière, annoncent quant à elle les 200.000 unités commercialisées. Soit nous précise fièrement Renault pas loin d’un quart du segment A. Un beau succès qui bien sûr ne doit surtout pas s’interrompre. Il était donc venu le temps non pas des cathédrales (lol) mais d’un petit restylage.

Vu les enjeux, il est toujours préférable d’y aller en douceur au moment de modifier une star des ventes. Renault a par conséquent choisi de ne pas transformer radicalement la Twingo. Mais elle progresse tout de même, et plus qu’il n’y paraît. Extérieurement on remarque bien un nouveau bouclier avant redessiné avec une bouche gourmande sous la plaque d’immatriculation et une paire d’écopes (factices) des deux côtés. Terminés par contre les deux petits feux additionnels. On relève en revanche l’apparition de nouveaux blocs optiques qui accueillent les feux diurnes reprenant la fameuse signature lumineuse C-Shape. Même constat pour la poupe avec l’apparition de ces feux C-Shape au-dessus du bouclier qui se pare pour faire chic d’un jonc chromé. Un artifice que l’on retrouve aussi sur les flancs sur les protections latérales. Déjà vue sur la Twingo GT, une petite écope latérale se charge d’alimenter le bouillant moteur en air frais. Pour ouvrir le coffre au-dessus du moteur une nouvelle poignée fait son apparition.

20190506_105249

Renault nous a expliqué avoir souhaité offrir à la Twingo un « nouveau design plus élégant et plus mature et voulu muscler la qualité perçue avec des éléments chromés, des tissus plus qualitatifs, etc ». C’est la raison de la disparition également de tous ces vilains plastiques noirs. Et il est vrai que la Twingo a gagné en prestance. Visuellement plus large et basse elle semble aussi mieux campée sur ses roues. La voiture urbaine un peu perchée sur de fines roulettes, c’est du passé. C’est aussi pourquoi Renault a abaissé la hauteur de la voiture d’un centimètre (1.541 mm).

Renault croit à fond aux bienfaits de la personnalisation. Et surtout sur cette Twingo qui propose rien moins que huit teintes de carrosserie, dont deux nouveaux blanc Quartz et jaune Mango, un choix de stripping, différents modèles de jantes en 15 et 16 pouces, sept selleries différentes et tout un choix d’inserts et de parements de personnalisation (entourage de tableau de bord, d’aérateurs, de levier de vitesse…). Au total le constructeur a recensé plusieurs centaines de variations possibles. Pour ce millésime 2019, la Twingo adopte également une finition exclusive Le Coq Sportif que nous avons testée qui gagne un habillage spécifique assez pimpant. Divers marquages, de belles jantes de 16 pouces mais aussi un habillage d’habitacle spécifique la distingueront facilement du reste de la gamme. Cette finition Le Coq Sportif est disponible sur la Twingo blanc Quartz, blanc Cristal, gris Lunaire et noir Etoilé.

Un habitacle qui change lui aussi avec des rangements en nombre mais une boîte à gant qui ferme enfin, des prises USB, des portes gobelets, etc. « Comme à l’extérieur », nous dit Renault, « il est possible d’opter pour des packs de personnalisation colorés noir, rouge ou jaune, qui modifient la teinte du bandeau de tableau de bord, des contours d’aérateurs, du volant, et du cerclage du levier de vitesses. La trame de la sellerie peut également reprendre la couleur choisie en filigrane. » En terme d’équipements techno la Twingo étrenne le nouveau système multimédia Easy Link avec son écran 7 pouces développé en partenariat avec Bosch. Il permet une totale connection avec les applications traditionnelles comme Google Maps, Deezer, Spotify, Waze ou Apple Music. Les connectivités Apple Car Play et Android Auto sont de série et la navigation confiée à la cartographie TomTom. L’espace à bord est toujours des plus correct dans cette Twingo surtout à l’avant. On s’y sent bien assez vite sans sentiment de claustrophobie en dépit de ses dimensions extérieures limitées (3,61m x 1,64m). Pour le chargement vous pouvez compter au minimum sur 188 litres qui peuvent grimper à 980 litres si vous rabattez la banquette (50/50). On peut aussi charger long si nécessaire avec au maxi une longueur acceptée de 2,30m.

La Renault Twingo propose trois motorisations sous son petit capot postérieur. Des trois cylindres en déclinaisons 65ch, 75ch et 95ch grâce à l’appoint d’un turbocompresseur. Deux transmissions sont possibles, manuelles 5 vitesses ou automatique à double embrayage 6 rapports. C’est cette dernière offre liée au moteur turbo de 95ch que nous avons testé en conditions réelles sur Paris et sa banlieue éprouvant son tempérament dans les encombrements, sur les voies rapides aussi bien que sur certaines portions pavées… Avec ses 95ch et ses 135Nm de couple la Twingo TCe 0,9l. se montre souple et tonique. Tonique mais pas vive car la boîte douce et silencieuse reste un peu lente pour offrir suffisamment répondant. Mais rien de grave, la Twingo avec ses dimensions réduites, son diamètre de braquage mini de 8,75m et son poids de moins d’une tonne ravit par son aisance à naviguer en zone urbaine. Les suspensions font le boulot sans percutions et le freinage assure. Sur de plus grands axes on retrouve cette sensibilité au vent de travers et aux irrégularités de la chaussée bien connu. Mais pas de crainte à avoir car l’ESP de série veille au grain. En conduite variée nous avons relevé une moyenne de 6,6 litres aux 100km. Pile poil ce que revendique Renault pour sa citadine !

Renault Twingo TCe 95 EDC

Moteur : essence, trois cylindres en ligne

Cylindrée : 898 cm3

Puissance : 95 ch à 5.500 tr/min

Couple : 134,7 Nm à 2.500 tr/min

Transmission : aux roues arrière

Boîte de vitesses : DSG6

Poids 999 kg

Pneumatiques 185/50R16 & 205/45R16

Accélérations 0 à 100 km/h : 11,1 s

Vitesse maxi : 165 km/h

Consommations en ville : 6,6 l sur 100 km, route : 4,2 l sur 100 km, mixte: 5,1 l/100 km, relevée 6,6l sur 100km

Rejets de CO2 : 116 g/km

 

Une gamme de trois niveaux de finition :

 

Une finition Spéciale Le Coq Sportif :

 

Les tarifs de la gamme :

 

Les options proposées :

 

 

 

 

Showing 2 comments
  • anonymus
    Répondre

    jolie mise en valeur de cette petite citadine,
    parisienne même !

  • Sal
    Répondre

    J’attendais d’en savoir plus. Sympa la Twingo. Merci pour toutes les infos, article très complet

Laisser un commentaire

Start typing and press Enter to search