Essai BMW X5 50d : SUV superlatif !

 In Essais

En cette fin novembre, la quatrième génération de BMW X5 rallie les concessions. Un petit peu plus gros, un petit plus costaud, plus performant encore, ce SUV fait également le plein des dernières technologies d’aides à la conduite désormais opportunes. Nous avons le plaisir d’essayer la version diesel 400ch de ce nouveau X5, un SUV explosif à plus d’un titre!

Le temps passe si vite ! Lancé en 1999, le gros SUV de BMW en arrive mine de rien aujourd’hui à sa quatrième génération. Une belle carrière de dix-huit années pendant lesquelles se seront écoulées pas moins que 2,2 millions d’unités de ce gros SAV (Sports Activity Vehicle) fabriqué aux USA, à Spartanburg précisément, en Caroline du sud. Car il est vrai que ce marché américain friand de beaux véhicules lui a réservé un accueil particulièrement chaleureux même si parallèlement sur le vieux continents les bons scores du X5 lui ont tout même permis de dominer son segment.

On comprend dès lors que le BMW X5 ait pris des habitudes particulières : des dimensions généreuses d’abord, le X5 2019 annonce 2 mètres de large et 4,92m de longueur, mais aussi ses motorisations vigoureuses avec pour commencer à son lancement, tout du moins en France, deux bloc diesel de 265ch et 400ch.

 

Cette BMW X5 est nouvelle jusque dans sa plateforme. C’est désormais sur la structure de caisse CLaR, déjà utilisée sur les X3, Série 5 et Série 7, qu’il repose. Avantage de cette greffe, une plus grande rigidité et un poids abaissé d’au moins une trentaine de de kilos. Pour le style extérieur, la surprise est heureuse. Car si la génération précédente avait pu paraître un peu fade à certains, ce ne sera certainement pas le cas sur cette dernière génération. Ce BMW X5 est agressif, puissant et sportif même quand il n’est pas équipé du kit carrosserie. Ses lignes sont tendues, ses flancs retravaillés dégagent quelque chose de nerveux et de dynamique.

Ce SUV solidement campé sur ses voies larges et ses très grandes roues (jusqu’à 22 pouces) assure, c’est évident et s’impose naturellement par sa présence. Les feux laser en amande encadrent une calandre « big size » et confèrent à la proue une belle personnalité. D’autant que les aérations standard ou sport du masque avant ne manquent pas de reliefs elles non plus. Les feux arrières sont tout aussi expressifs, en relief, ils renforcent l’impression de largeur de la poupe déjà instillée par les lignes horizontales du hayon et du pare-chocs.

Une fois à bord la surprise est agréable. L’espace est généreux tant à l’avant qu’à l’arrière. Le volume de coffre progresse allant de 645 à 1.860 l et se veut plus pratique avec des commandes de hayon et de volet inférieur électriques, un cache bagage rétractable électriquement également ou des rails de coffre en alu avec fonction anti dérapage des bagages… A noter l’option 7 places pour les familles nombreuses.

de 5 à 7 places…

Une fois installé, on domine parfaitement la route et les angles morts sont très limités et c’est très appréciable. On est particulièrement bien accueillis sur (dans!?) des sièges parfaits de confort, massants, ventilés et chauffants comme le sont également les repose-bras… un must. Devant nous l’instrumentation se compose de deux grandes dalles numériques de 12,3 pouces, la première pour le bloc compteurs l’autre pour l’interface multimédia tactile et à commande gestuelle. La molette est toutefois conservée au-dessus d’un levier de vitesse « cristal » (700€) certainement pensée pour la clientèle chinoise.

Plus utiles sont les très nombreux équipements de sécurité comme l’affichage tête haute, la reconnaissance des panneaux de limitation de vitesse, l’avertisseur de collision avec détection piétons, le régulateur de vitesse adaptatif avec assistance embouteillages, l’aide au maintien de voie, l’assistant collision latéral (un peu intrusif) ou l’aide au dépassement, sans omettre l’aide au stationnement et aux manœuvres avec l’assistance de caméras multiples. On relèvera ici l’apparition de l’assistant de marche arrière autonome capable de vous faire reculer sur vos traces de manière autonome. Pratique dans des parkings bondés ou dans des oueds étroits et piégeux comme nous en avons eu la preuve lors de notre essai. Pas si gadget que ça !

 

Une motorisation époustouflante.

Fidèle à sa réputation de motoriste surdoué, BMW a concocté une nouvelle motorisation six cylindres diesel 3l. surpuissante. Déjà vue sur les berlines haut de gamme de la marque, ce bloc a été adapté au nouveau X5. Présentant des caractéristiques assez exceptionnelles, il a la particularité de faire fonctionner en bonne intelligence pas moins de quatre turbocompresseurs à géométrie variable. Appariés dans un double carter, deux turbines basses pressions ainsi que deux hautes pressions se chargent de fournir pas moins de 400ch et surtout un plantureux couple de 760Nm au long d’une courbe particulièrement pleine. Le tout sans consommer plus que ça (7,2l aux 100km annoncés pour 10,7 litres relevés par nos soins) et des émissions de 189-179 gr/km de Co2. Ce qui lui vaut tout de même un malus de 8.753€ à 10.500 €. Aïe.

Bien que pesant son poids de cacahouètes (plus de 2,3 tonnes) le X5 est transfiguré par cette motorisation qui lui confère réactivité et vivacité sur la route. Bien aidé par la boîte de vitesse ZF Steptronic 8 rapports douce et rapide, le gros SUV s’anime et de belle manière si on lui demande poliment. Les accélérations d’abord sont canons avec 5,2 secondes seulement sur l’exercice du 0 à 100km/h, mais c’est surtout lors des relances que l’aisance de ce gros moulin s’exprime le mieux.

Dès que vous écrasez la pédale, ça pousse et ça pousse tout le temps jusque dans les hauteurs (relatives, c’est un diesel) du compte-tours. Les rapports s’égrènent vite et bien, et même très vite et très bien en mode sport. Ce diesel civil en usage courant, se révèle explosif une fois « correctement » sollicité avec qui plus une sonorité excitante de gros diesel six cylindres. Ce qui est bien c’est que BMW sait aussi faire des châssis. Les adaptes de la conduite rapide seront donc pleinement satisfait par le comportement tout à fait satisfaisant de celui-ci.

Dès que vous écrasez la pédale, ça pousse et ça pousse tout le temps jusque dans les hauteurs du compte-tours.

Que vous ayez choisi l’option suspension pneumatique avec roues arrière directrices ou retenu la configuration sport avec des ressorts classiques, un différentiel électronique et en supplément les barres anti-roulis actives, vous pourrez profiter pleinement des performances exceptionnelles de ce X5 50d. Ce diable de mastodonte parvient la plupart du temps à cacher son embonpoint certain. Sans être vif, le X5 est agile, stable, présentant peu de roulis et capable de glisser à l’occasion des quatre roues dans un bel équilibre et de se relancer très efficacement et très sereinement grâce à ses quatre roues motrices.

Etonnants les freins M Sport, à simple piston pourtant, sont au niveau des performances. Pas d’échauffement perceptible ou de fading ou de perte de puissance même quand ils sont fortement sollicités. Hors bitume, le X5 est également loin d’être ridicule. Ses angles d’approche et de sortie et sa garde au sol favorable (22cm) vous permettent déjà quelques incursions sur des revêtements peu accueillant. Mais la suspension pneumatique vous permet d’améliorer les choses en augmentant de +4cm la hauteur de la voiture (-4cm à partir de 140km/h). Pour les plus exigeants BMW a prévu un pack « Off-road » qui propose outre des plaques de protection avant/arrière, un ajustement de suspension majoré (+7cm) mais aussi des modes de conduite adaptés : sable, rocher, graviers ou neige sans oublier le contrôle en descente ou de progression. Pas vraiment destiné au départ à un usage tout-terrain, ce SUV bavarois s’en sort en définitive avec les honneurs. La motricité sous contrôle électronique est bluffante même avec une monte pneumatique vraiment inadaptée et la garde au sol majorée facilite bien des choses. Plutôt étonnant!

Le BMW X5 50d n’est disponible en France qu’en version M-Performance affichée à 100.350 €. Mais à ce niveau vous avez droit à une belle quantité d’équipements : sellerie cuir, instrumentation numérique, recharge de smartphone par induction, climatisation trizone, stationnement semi-automatique, radars avant/arrière, feux à LED, hayon électrique, jantes alliage 21 pouces, système clé mains libres, sièges avant, accoudoirs et volant chauffants, palettes au volant, différentiel autobloquant, échappement et suspensions sport, etc. Vous pourrez bien évidemment améliorer cette dotation déjà riche avec de nombreux Packs à l’instar du Pack Première classe (fermeture des portes assistées, toit ouvrant panoramique, sièges massants, système hifi Harmann-Kardon, etc.) à 8.600€ , du Pack Drive Assist (Système anti-collision, avertisseur de trafic transversal arrière, avertisseur franchissement de ligne, etc.) à 1.100€ ou Pack Assist Pro (régulateur de vitesse actifACC+, aide au maintien de voie, assistant de limitation de vitesse, etc.) 3.050€.

 

 

 

Laisser un commentaire

Start typing and press Enter to search