Nouveau BMW X4 20d xDrive : l’esprit course en « SAC » !

 In Essais

BMW offre sa déclinaison sportive à son nouveau SUV X3. Au programme de ce deuxième opus de la BMW X4 (2018), davantage de style, plus de sportivité, ainsi qu’un joli supplément de ce plaisir de conduite si cher à la marque.

Chez BMW, il n’y a pas que les berlines qui s’offrent des déclinaisons coupé. Les SUV à l’hélice le font aussi. Dans la gamme, ce sont les X2, X4 et X6 qui jouent ce rôle. Cette gamme des « X » est d’ailleurs depuis une dizaine d’années et l’avènement des X5 et du gros X6 un véritable enjeu économique tant le succès a été au rendez-vous. Ils représentent aujourd’hui peu ou prou 30 % des volumes de la marque au niveau mondial. Sachez que plus de 5,6 millions de BMW X ont été commercialisés depuis l’apparition de la première X5 ! Plus étonnant, les SUV coupé ou SAC (Sport Activity Coupé soit en français « véhicule d’activité sportive ») ont même fini par voler la vedette aux SUV qui restent toutefois les plus demandés. Et le nouveau X4 qui s’est vendu à plus de 200.000 unités en quatre ans de par le monde n’est pas le moins ambitieux puisqu’il se peut fort bien qu’il se mette d’emblée à cannibaliser le fort peu discret X6. Les précommandes de ce nouveau X4 sont même assez surprenantes, dit-on chez BMW…

Il est vrai que ce nouveau « SAC » a vu les fées se pencher sur son berceau. D’abord, il bénéficie de la nouvelle plateforme OKL du X3 qu’utilisent aussi les Séries 5, 6 GT et 7. Notre X4 2018 gagne ainsi pas moins de 81mm en longueur (4,75 m), 37mm en largeur (1,92 m), mais aussi 54mm d’empattement. Sa prestance y gagne nettement. Le toit est également légèrement rehaussé, avec de 3mm de plus. Ce qui lui permet d’afficher une courbure de pavillon sans rupture ou presque et de se présenter comme un vrai coupé et non plus comme un SUV qui se renie. Le nouveau X4 est d’ailleurs un peu mieux dessiné que son prédécesseur, sa silhouette est plus racé, plus dynamique bien proportionné avec des lignes plus élégantes. Ce qui n’est pas sans évoquer un certain Mercedes GLC Coupé pour certains. Rassurez–vous le X4 est bien une BMW. Il l’affirme d’ailleurs haut et fort avec sa calandre béante dotée d’une paire de (trop ?) généreux naseaux ou ce traditionnel « pli Hoffmeister » sur le montant arrière.

Ce X4 deuxième version est encore plus « coupé » que son prédécesseur. Cela se vérifie dans l’habitacleavec une assise surbaissée de 20 mm à l’avant et 28mm à l’arrière par rapport au X3. La position de conduite de ce SUV/SAC en ressort un peu plus sportive tandis que les grands gabarits seront mieux accueillis à l’arrière. Attention, ambiance sportive garantie, la banquette arrière en 3 partie n’accueille réellement confortablement que deux adultes et la visibilité y est des plus réduite. Le volume de coffre est très intéressant variant de 525 à 1 430 litres avec même un petit volume sous le plancher. Heureusement le grand hayon se manoeuvre électriquement de série et s’ouvre en passant le pied sous le bouclier si vous avez retenue l’option. Très « techno » le nouveau BMW X4 propose un tableau de bord résolument à la pointe dans un habitacle identique à celui du X3, avec un grand écran tactile avec commandes vocales ET gestuelles, l’indispensable affichage tête haute, le HotSpot wifi, la synchro téléphone BMW et Apple CarPlay (pas Android Auto) et les services Connected Drive (Microsoft Office, l’info trafic RTTI, la conciergerie). Pour la sécurité et le confort de conduite on remarque la version la plus évoluée du régulateur de vitesse adaptatif ACC+, un dispositif anticollision latéral actif, les assistants de direction et de trajectoire, des avertisseurs d’approche et de croisement, l’assistance au stationnement, etc. Belle dotation !

Le X4 est donc plus sportif que le X3. Et il le prouve en adoptant de série la fameuse suspension M Sport et la direction variable Sport. Les versions M Performance proposent également un différentiel actif et le freinage renforcé M Sport sur des roues de 20 pouces. Il profite également de la transmission intégrale xDrive dans sa dernière évolution et de la boîte automatique Steptronic à 8 rapports. Mais la suspension adaptative à trois modes reste une option (775 €). A son démarrage, le BMW X4 se propose en versions essence 20i 184ch (7,1 l/100 km et 163 g de CO2) et 30i 252ch (7,2 l/100 km et 164 g de CO2) et en diesel 20d 190ch (5,4 l/100 km et 142 g de CO2) et le 25d 231ch (5,5 l/100 km et 145 g de CO2). Les 30d de 265ch (5,9 l/100 km et 166 g de CO2) et M40d de 326ch (6,4 l/100 km et 170 g de CO2) mais aussi la version essence M40i de 360ch (9 l/100 km et 209 g de CO2) arriveront plus tard.

Le plaisir de conduite est au rendez-vous

Avec ses 1815kg à vide notre BMW X4 20d xDrive 190ch d’essai ne semblait pas avantagé sur le papier. Pourtant à l’usage ce gros véhicule s’est révélé tout à fait plaisant et efficace. Le couple généreux de 400Nm se joue assez facilement du poids élevé, assurant belles relances et accélérations convaincantes (8 sec. sur le 0 à 100km/h). Posé sur ses grosses roues optionnelles de 275/40R20 (1.650€ avec les jantes style 695), le X4 ne se laisse jamais démonter. La motricité est sous contrôle total, même si l’asphalte se mouille, se graisse ou se couvre parfois de terre. Avec le Direct Drive l’amortissement fait également merveille. Ferme mais parfaitement amortie, la suspension préserve à la fois le confort et le comportement. Le maintien de caisse est parfait que vous violentiez la voiture ou abordiez les courbes de manière généreuse. Les appuis sont nets et francs et la direction incisive, que du bon !

Evidemment, ce nouveau BMW X4 n’est pas à la portée de toutes les bourses. C’est peut-être là son plus gros défaut finalement. Il démarre en effet à 50.700€ (2.0i 184 chevaux) et notre 2.0d xDrive diesel de 190ch s’affiche à partir de 54.900€. Ce n’est pas cadeau même si le client n’est assurément pas floué.

 

Les deux générations confrontées :

Laisser un commentaire

Start typing and press Enter to search