Nouveau Dacia Duster : Raison & Passion !…

 In Essais

Dacia ne s’est pas trompé en faisant évoluer le Duster, son SUV fétiche. Toujours aussi accessible financièrement, ce véhicule « low-cost » est devenu également diablement désirable. Ou quand la marque roumaine parvient intelligemment à faire rimer Raison avec Passion

 

Raison & passion, derrière cet oxymore osé (rapprochement incongru de deux termes contradictoires – NDR), se cache à n’en pas douter l’explication du succès attendu mais prévisible du nouveau Dacia Duster. Car ce diable de petit SUV se montre bien plus séduisant que son prédécesseur. Mieux dessiné, plus valorisant, il corrige également quelques défauts et progresse sur bien des points, mais il ne perd rien heureusement de ses qualités originelles. A commencer par son tarif qui n’évolue que de 200€. Le Dacia Duster 2018 est à l’évidence le fruit d’une réflexion aboutie de ses concepteurs. La concurrence ne leur dit certainement pas merci !

IMG_3935

Evidemment il ne fallait pas se louper au moment d’imaginer le successeur d’un véritable best-seller vendu à plus de deux millions d’exemplaires, l’exercice était périlleux. Mais les concepteurs ont fait du beau travail. Au premier coup d’œil la filiation est évidente. Le Duster 2018 reste dans le droit fil de son prédécesseur avec une ligne générale très similaire et un style qui reste proche. Mais on repère toutefois très vite quelques évolutions comme ce capot plus imposant, ce pare-brise avancé (100mm) et plus incliné, cette ligne de caisse rehaussé, ces inserts d’ailes anthracites, les gros sabots de protection à l’avant comme à l’arrière, des feux arrière carrés ou encore cette calandre nids d’abeille qu’entourent des phares joliment dessinés. « Pas un panneau de carrosserie qui soit commun entre le nouveau Duster et son prédécesseur » nous ont affirmé les techniciens de Dacia. Le Duster II conserve pourtant la même plateforme. Ce qui lui impose un empattement identique et des dimensions en très légère hausse (+26 mm) dues essentiellement au porte à faux avant plus important.

L’intérieur est également inédit avec une nouvelle planche de bord à la présentation nettement plus valorisante. Positionné plus haut, en dessous de trois gros aérateurs, trône un écran de navigation MediaNav orienté vers le pilote mais sensible aux reflets. Logés sous une rangée de touches, apparaissent trois boutons rotatifs chromés de climatisation pourvus d’un affichage central digital. Finie la présentation très « utilitaire » de son prédécesseur donc, le Duster II monte en gamme et le montre d’ailleurs également avec des plastiques de meilleure qualité, des accostages en progrès, et l’apparition de matériaux moussés sur les accoudoirs par exemple. Il est tout à fait possible désormais de se concocter une position de conduite parfaite. Le volant bénéficie de réglages sur les deux plans, et le siège peut également se rehausser. L’assise plus longue de 20mm profite au confort. Les places arrière se montrent toujours accueillantes pour deux adultes qui ne souffriront heureusement pas de claustrophobie même si les cotes (largeur aux coudes, hauteur sous pavillon) diminuent de quelques centimètres. On relève un beau volume général question rangements (27l.), ce qui simplifie notablement la vie au quotidien. Le coffre n’est pas géant avec seulement 478 litres de contenance (467 litres en version 4×4) mais un volume 1.623 litres, banquette 60/40 complètement rabattue. Sur ce Dacia Duster II de nouveaux équipements font leur apparition. Comme cette climatisation automatique ou ces quatre caméras qui se révèlent aussi pratiques en ville que dans les chemins. Le Duster profite aussi de la carte de démarrage mains libre, de l’avertisseur d’angle mort, d’une aide au démarrage en côte ou d’airbags rideaux. Le cuir fait également son apparition moyennant un petit effort financier (600€) et peuvent être chauffants (200€).

En puisant dans la banque d’organe du groupe Renault/Nissan auquel il appartient, Dacia a retenu plusieurs motorisations. En essence on trouve d’abord le SCe 115ch, un atmosphérique de 1.598cm3 qui propose un couple de 156Nm mais aussi le TCe 125ch, un quatre cylindres 1.197cm3 à injection directe turbocompressé annonçant 125ch et 205Nm. Pour les diesel, de 1.461cm3 de cylindrée, l’offre est duale également avec d’une part le dCi 90ch (200Nm) et d’autre part le dCi 110ch (260 Nm à 1750 trs/min). Les versions essence sont proposées en 4×2 ou 4×4 avec une boîte de vitesse manuelle 6 rapports. Le diesel 90ch n’est proposé qu’en version 4×2 mais le 110ch l’est également en 4×4 avec la possibilité de retenir la boîte de vitesse à double embrayage EDC. Le Duster SCe 115ch peut en outre recevoir une installation GPL.

Dacia Duster TCe 125ch & dCi 110ch

Dacia Duster TCe 125ch & dCi 110ch

Nous avons eu la possibilité d’essayer les deux déclinaisons les plus puissantes TCe 125ch et dCi 110ch. La première tarifée 15.550€ en version Essentiel s’affiche ainsi 900€ moins cher que le second (sans l’EDC) à 16.450€. Mais elle souffre toutefois d’un Malus de 860€ quand le diesel est épargné, ce sera donc à vous de voir entre l’essence et le diesel ! Quoiqu’il en soit, ce TCe 125ch, s’il peut sembler un peut juste de prime abord pour animer un SUV, s’en sort plutôt bien. Il faut dire que les 1.200kg seulement de cette version lui facilitent la vie. Les performances sont correctes avec une accélération (0 à 100km/h) abattue en 10,4 secondes et une vitesse de pointe de 177km/h. Il ne faudra toutefois pas hésiter à lui faire prendre ses tours et à jouer de la boîte de vitesse manuelle six rapports, par ailleurs bien étagée, pour en tirer le meilleur parti. Il s’en tire bien également côté consommation avec une valeur de 7,2 litres aux 100 kilomètres relevés sur notre parcours relativement mixte. Le Dacia Duster dCi 110ch procure évidemment une toute autre expérience de conduite. Très volontaire, coupleux à souhait (260Nm dès 1.750tr/min), ce moteur désormais connu se marie de plus très bien à la boîte de vitesse à double embrayage EDC 6 rapports grâce à laquelle il évolue souplement mais vigoureusement, en grondant  bien un peu quand on le sollicite. Bien que davantage lesté (1.304kg) le Dacia Duster dCi 110ch en boîte automatique annonce 171km/h en pointe et 11,9 secondes sur le 0 à 1OOkm/h. sa consommation demeure mesurée avec 5,6 litres aux 100km mesurés.

Ces deux motorisations s’apprécient d’autant plus que le Duster, s’il repose sur la même plateforme, a été notablement retravaillé. Il bénéficie par exemple de voies élargies (+4mm à l’avant et +10mm à l’arrière voire +20 en version 4×4), mais aussi d’une direction à assistance électrique asservie à la vitesse beaucoup plus douce et précise. L’agrément mais aussi la précision de conduite progressent beaucoup. Toujours typé confort, le Dacia Duster génère encore un peu de roulis mais il est mieux maîtrisé que par le passé. En tout cas sa qualité de filtration n’a pas diminué et les nids de poule et autres surprises de la chaussée sont toujours parfaitement absorbées. Même avec ses nouvelles jantes de 17 pouces, le Duster conserve des flancs de pneus assez hauts (217/ 60R17). On perd bien sûr un peu en précision de conduite et en réactivité, mais on conserve un excellent confort quel que soit le revêtement. Autre élément de confort, l’isolation phonique a été un points particulièrement travaillé sur ce Duster II. Mais l’adoption de vitres épaissies de 0,35mm, l’adoption un peu partout (baie moteur, habitacle) de renforts et de nouveaux absorbants et isolants phoniques mais aussi l’emploi de nouveaux mastics se fait grandement sentir. On ne se sent plus du tout dans un utilitaire !

 

Un excellent tout chemin

Le nouveau Duster conserve de bonnes aptitudes au tout chemin. Ses bons débattements de suspension et sa garde au sol de 21 centimètres lui autorisent en effet de belles escapades. Mais pour ceux qui voudraient s’aventurer un peu plus loin, Dacia propose toujours son SUV dans une déclinaison 4×4. Pour faire bonne mesure cette proposition est agrémenté d’un contrôle de freinage automatique en descente et d’un blocage inter ponts. Mais il faudra alors faire l’impasse sur la boîte de vitesse à double embrayage EDC. Mais ce SUV roumain peut alors s’aventurer sur des surfaces bien moins accueillantes où ses angles favorables (angle d’approche de 30°, angle de fuite de 33° et angle ventral de 21°) lui autoriseront bien plus de facéties. Le Dacia Duster ne peut bien sûr rivaliser en toutes circonstances avec des « 4×4 traditionnels » puisqu’il est dépourvu d’une réduction, mais les réelles capacités de franchissements de ce petit SUV devraient pourtant suffire dans la majorité des situations.

 

Patrice Levy-Bencheton, Directeur de Gamme Dacia, a bien voulu nous présenter en détail ce nouveau Duster

 

Le Dacia Duster débute au tarif de 11.990€ soit rappelons-le une hausse modérée de 200€ en dépit d’un gain sensible de dotation et d’agrément. Mais il peut, pour l’anecdote et en fonction des packs et des options retenus, dépasser les 20.000€.

Commentaires
  • Joséphine C.
    Répondre

    Plutôt chouette la voiture : on a envie de la conduire et d’être au bord de la mer :

Laisser un commentaire

Start typing and press Enter to search