Essai Volvo XC40 D4 AWD : oser la différence

 In Essais

Volvo complète sa gamme de SUV par un modèle plus compact, le XC40. Elégante et confortable, pratique et sûre, cette nouveauté entend bien faire de l’ombre aux ténors du segment. Et vous savez quoi, elle en a certainement les moyens.

 

Le dernier né de la marque suédoise Volvo est un SUV compact. Normal me direz-vous car ce segment se porte mieux que bien. Alors pas question d’en être absent. Avec ses 4,42m, le Volvo XC40 affiche des dimensions plus abordables, dirions-nous, que les XC60 (4,69m) et surtout XC90 (4,95m). Un atout pour lui, surtout pour convaincre les acheteurs urbains. Assemblé à Gand en Belgique, ce SUV étrenne une plateforme « CMA », dite multi énergies, que Volvo partagera avec d’autres modèles notamment ceux de Lynk & Co, la nouvelle marque de son propriétaire chinois Geely. Celle-ci lui permettra d’accueillir très rapidement une déclinaison full électrique que l’on dit très performante. En attendant ce XC40 va être lancé avec deux motorisations de pointe, un diesel D4 de 190ch et un T5 essence de 247ch en version intégrale. Suivront rapidement toutefois deux tricylindres, un D3 diesel de 150ch et un T3 essence de 150ch également qui constituera l’entrée de gamme à 30.000€, quand même ! Suivront assez rapidement un T4 de 197ch puis un hybride rechargeable de 250ch fin 2018.

C’est le BMW X1 qui a servi de référence à ce nouveau SUV suédois. Fort heureusement le XC40 se montre beaucoup plus original. Ce qui surprend au premier regard chez ce SUV c’est ce montant C massif, qui n’est pas sans rappelé celui du Suzuki Swift. Mais on s’habitue vite. Pour le reste la calandre concave généreuse, les lignes puissantes et le toit dit « flottant » lui procurent une personnalité forte assez séduisante. Un style que rehausse les différentes propositions de personnalisations tant extérieures (toit, jantes, rétroviseurs) qu’intérieures avec notamment des incrustations aluminium originales et de belles selleries tissus ou cuir dans un habitacle clair et bien agencé. Où l’on retrouve l’écran central tactile de 9 pouces avec le système Sensus trônant au centre de la planche de bord et le combiné d’instrumentation numérique avec affichage 12,3 pouces. Les rangements sont particulièrement nombreux et bien pensés à l’instar de ces bacs de portières débarrassées des sempiternels haut-parleurs partis se loger sur le sommet de la planche de bord. Un bon point pour les sièges très confortables, merci pour mes lombaires. Très la pointe, cette Volvo XC40 intègre des équipements comme la conduite semi-autonome, baptisé Pilot Assist qui gère l’accélérateur, les freins et la direction jusqu’à 130 km/h, un freinage d’urgence automatique avec détection des piétons et des deux-roues, un système de protection anti-sortie de route avec action sur la direction et les freins, une alerte franchissement de ligne active, la reconnaissance des panneaux de signalisation, et un contrôle de la transmission en descente HDC qui peut toujours être utile.

Dynamique et rigoureux

Un peu moins sophistiqué que le D4 du XC60, le quatre cylindres diesel qui équipe notre XC40 est  dépourvu du système PowerPulse. Mais avec ses 190ch à 4 000 tr/min et son couple de 400Nm de 1.750 à 2.500 tr/min il se montre tout à fait à la hauteur bien aidé par son poids moindre (1.733 kg tout de même) et sa boîte automatique huit vitesses. En choisissant le mode « Dynamique » il est possible d’améliorer la réactivité du duo moteur/boîte de vitesse ainsi que la consistance de la direction. Relativement pêchu, le moteur D4 turbodiesel offre de belles performances à ce XC40. Le 0 à 100km/h est abattu en 7,9secondes et la vitesse de pointe (théorique bien sûr) s’établit à 210km/h. Il y a donc ce qu’il faut pour assurer dans la circulation, en ville ou sur voies rapides seul ou avec toute la famille à bord. Douce, la boîte de vitesse à huit rapports se montre toutefois peu alerte, privilégiant autant que possible la consommation. Ce n’est pourtant pas le point fort de cette mécanique qui nous a gratifié d’une consommation moyenne de plus de 8 litres aux 100km. Ce qui est plus agaçant pourtant c’est le Stop & Start qui gagnerait à se montrer plus rapide à la relance moteur.

Plus compact mais aussi plus léger que le XC60, ce nouveau SUV se montre logiquement également plus agile. Le comportement est un peu plus alerte notamment grâce à un compromis de suspension plus ferme. Mais fort heureusement le confort n’en souffre aucunement ce qui est finalement assez surprenant d’autant que les montes généreuses proposées par Volvo qui vont de 18 à 21 pouces n’arrangent rien en général. Doté de quatre roues motrices notre D4 AWD ne souffre d’aucun problème de motricité. La tenue de route est sécurisante et très équilibrée avec un soupçon de sous virage à la limite.

Le Volvo XC40 est un SUV Premium et notre version D4 AWD n’est pas accessible à toutes les bourses. Son tarif de base est fixé à 45.100€ avec la finition Momentum, mais il faut bien reconnaître que les prestations sont intéressantes. Si vous pouvez faire l’impasse sur quelques équipements et vous satisfaire d’un peu moins de vivacité le futur T3 affiché à partir de 30.000€ risque bien de se montrer fort séduisant.

 

Laisser un commentaire

Start typing and press Enter to search