Mercedes S560 Maybach : …State of art !

 In Essais

Mercedes-Benz décline sa nouvelle grande berline Classe S dans une version « Maybach », luxueuse et sophistiquée à souhait. Le résultat ? Un rare concentré de technologies et de performances, de confort, de luxe et de plaisir de conduite. Une expérience automobile qui nous a fait forte impression…

 

La Classe S, c’est définitivement le vaisseau amiral de Mercedes-Benz. Née en 2013, la version actuelle de son nom de code W222, a bénéficié en 2017 d’un petit restylage histoire de rester dans la course. Et pourtant, même si ses concurrentes que sont les BMW Série 7, Porsche Panamera et la récente Audi A8 ont beaucoup travaillé pour l’égaler, notre Classe S se maintient toujours à belle distance loin devant elles, conservant d’ailleurs largement le leadership commercial avec plus de 300.000 unités vendues. Ce qui est respectable vous en conviendrez pour une voiture dont le prix démarre au-dessus des 100.000 euros ! Cette grande berline statutaire, s’accapare évidemment le meilleur de la marque de Stuttgart. Les dernières avancées techniques, les dernières technologies lui sont généralement réservées. Ce qui place du coup cette voiture au sommet de « l’état de l’art » aujourd’hui en cette fin des années 2010. Mais Mercedes lui a également assigné le rôle de porte-drapeau du luxe automobile. Depuis l’arrêt des Maybach 57 et 62, c’est à elle qu’échoie en effet d’incarner l’excellence. C’est à elle que revient d’offrir le meilleur du luxe et du confort sur quatre roues. Et elle y parvient parfaitement surtout dans cette très exclusive version « Maybach » qui, objectivement, n’a rien à envier aux Rolls et autres Bentley.

La Mercedes Maybach S560 4Matic c’est la limousine ultime, avec d’un côté toute la technologie automobile allemande disponible aujourd’hui et de l’autre un raffinement assez exceptionnel.

 

Extérieurement cette limousine longue de 5.462mm cultive toutefois, autant que faire se peut, la discrétion. Les lignes fluides sont effectivement fort sages sans aucun des gimmicks tellement en vogue ces temps-ci, mais toujours élégantes et fluides. Les faces avant et arrière redessinées sont assez expressives avec des feux Multibeam à Led très technos notamment mais sans excès. Ce design travaillé profite d’ailleurs particulièrement à l’aérodynamisme puisque la finesse de la voiture atteint les 0,24 de Cx. Petit détail propre à cette version Maybach, l’apparition d’une petite vitre de custode dans le montant C à côté du sigle Maybach et la présence d’une porte arrière spécifique. Très chics, les vitrages sont encerclés par des joncs chromés ou brossés et les jantes exclusives à Maybach chaussent du 20 pouces en belle largeur. Pas de faute de goût !

L’habitacle est un peu plus impressionnant. Car si la planche de bord n’est pas très éloignée du style de celle de la Classe E avec ces deux grands écrans numériques « Widescreen » devant la conducteur, le reste apparait assez hors du commun. Le cuir fin surpiqué le dispute en effet un peu partout au bois noble mais aussi aux chromes. L’ensemble ne donne heureusement jamais dans le clinquant ni dans le mauvais goût, même si la surabondance est la règle. L’intégration des commandes est parfaite, la finition et la réalisation hors pairs. Sur cette Classe S Maybach le conducteur comme les passagers sont particulièrement choyés avec à l’avant des sièges chauffants, massants et ventilés mais aussi réglables dans tous les sens. A l’arrière le grand luxe est de mise, plus encore qu’à l’avant. Deux sièges séparés First Class climatisés vous y attendent avec petits coussins de tête et de reins derrière des vitrages fumés insonorisés et sous un toit entièrement vitré, occultable toutefois si le soleil exagère. Ces véritables fauteuils sont entièrement motorisés et vous pourrez ajuster et mémoriser les positions des dossiers, repose-jambes et assises. Des tablettes sont bien sûr à votre disposition sous un petit coffre central et jaillissent dans une belle cinématique pour recevoir un portable ou un dossier, voire une coupe de champagne. D’une pichenette vous pouvez également si vous le désirez remonter les pare-soleil latéraux motorisés afin de vous isoler encore davantage de l’extérieur. Pour visionner un DVD ou encore pour profiter des qualités sonores exceptionnelles du Système de sonorisation Burmester® High-End 3D-Surround-Soundsystem afin de savourer réellement et entièrement le Requiem de Gabriel Fauré par exemple, dont je suis personnellement assez friand il faut bien le reconnaître et que je vous recommande chaleureusement. N’oubliez pas surtout de régler minutieusement à votre envie l’éclairage d’ambiance ainsi que la climatisation indépendante et de profiter de l’ambiance olfactive dispensée par le diffuseur de parfum. Cet espace conçu pour dignitaires businessmen et happy fews peut même s’agrandir en avançant le dossier passager de plusieurs centimètres. Bref, cet habitacle, on y passerait bien tout notre temps libre…

Puissance contenue et maîtrisée

Il serait dommage pourtant de ne pas se mettre au volant de ce palace. Car l’expérience y est aussi plaisante qu’exceptionnelle. On remarque tout de suite le volant à commandes tactiles « Touch Control », l’afficheur tête haute et cette drôle de commande de boîte de vitesse au volant. Un positionnement aussi « vintage » qu’évident. Il va de soi que la position de conduite se règle à la perfection, ce qui nous donne aussitôt l’envie d’aligner du kilomètre. Contact ! Et là déception, à peine un vrombissement, un pâle grognement, une légère vibration. Ah oui c’est vrai, cette voiture est une limousine à qui l’on demande de savoir se montrer le plus discrète possible. C’est réussi. Mais il y quand même ce qu’il faut de couple pour arracher les 2,300kg de cette généreuse limousine. Oh oui, il y a ce qu’il faut !

Sous le capot profilé de cette Classe S560 Maybach se cache en effet une motorisation V8 de 3.982cm3 dérivé du 4,0l. AMG d’Affalterbach. Ce moteur doublement turbocompressé comme il se doit, bénéficie des meilleurs raffinements avec une injection haute pression, la désactivation d’une rangée de cylindres à faible charge et un volant moteur anti-vibrations. Ce bloc longue course développe la bagatelle de 469ch entre 5.250tr/min et 5.500tr/min mais aussi 700Nm de 2.000tr/min à 4.000tr/min. Très performant, il pollue pourtant relativement peu avec seulement 195gr/km d’émission de CO2. Cette forte puissance transite par une boîte de vitesse à 9 rapports G-Tronic et se répartit sur quatre roues motrices dans un rapport de 45/55 au bénéfice du train postérieur.

Concrètement ce vaisseau de la route est également une fusée. Selon Mercedes-Benz, notre Maybach S560 s’affranchit du 0 à 100km/h en seulement 4,9 secondes atteint les 250km/h (limités électroniquement) sur les belles et grandes autoroutes germaniques. Détail qui pourrait avoir son importance pour certains, cette Maybach nous a gratifié d’une moyenne de consommation de seulement 11 litres/100km. Une jolie performance quand même.

Volumineuse, cette limousine se laisse pourtant apprivoiser assez rapidement. L’équilibre est parfait, la stabilité excellente, la sécurité optimale quelle que soit le revêtement avec la transmission intégrale. Avec 3.365mm d’empattement le contraire serait surprenant d’ailleurs. Mais ce qui est plus surprenant c’est la relative agilité de la voiture. Par défaut grâce au système pneumatique de suspension la Classe S560 Maybach procure à ses passagers un excellent confort de roulage, au prix toutefois de quelques pompages. En la durcissant, la voiture gagne heureusement en précision et réactivité sans que cela ne devienne pour autant une punition loin de là. Mais pour jouir davantage de la conduite, nous vous recommandons le « Road Surface Scan ». Ce système très évolué apprécie les différents types de revêtements en avant de la voiture et adapte en temps réel la suspension aux irrégularités qu’elle s’apprête à rencontrer. Il fonctionne grâce à des caméras logées sur le haut du pare-brise. A l’usage, le système fonctionne parfaitement, s’en est bluffant. Mais Mercedes-Benz qui ne rechigne jamais à mettre les petits plats dans les grands, l’a couplé avec le système d’inclination de la voiture (2,65° maxi) dans les virages. Non seulement la Classe S ne concède rien au roulis mais bien plus elle accompagne le virage s’inclinant vers l’intérieur de celui-ci pour préserver à la fois le confort et le comportement. Tout bonnement génial surtout quand on découvre gentiment assis dans nos sièges que ces derniers gonflent leurs bourrelets externes en complément pour nous maintenir parfaitement. On ne se crispe même plus à l’approche d’un beau virage et appuyant sur le repose pied, on se laisse tout simplement maintenir par le siège. Trop génial, on ne s’en lasse pas !

Mais ça ne s’arrête pas là car la Mercedes Classe S Maybach, nous l’avons dit, revendique le plus haut niveau de technologie embarquée. Les aides à la conduite sont donc très, très nombreuses et facilitent la vie au quotidien. On recense ainsi l’assistant de régulation de distance et de direction via les données du GPS et de la cartographie, la conduite semi-autonome, la stabilisation en cas de vent traversiers, les limiteurs/régulateurs actifs de vitesse, le freinage d’urgence assisté et l’assistant de changement de voie (sauf en France). Différentes technologies que l’on apprend à apprécier auxquels s’ajoutent la conduite automatique embouteillage parfaite pour les « commuters », l’affichage des panneaux de signalisation routière, la vision nocturne (malheureusement pas reprise par l’afficheur tête haute) et les phares ultra puissants mais adaptatifs. Soit le tout meilleur de ce que la technologie propose aujourd’hui.

Six ambiances intérieures préprogrammées

Equivalent d’un jet privé sur quatre roues, la Mercedes-Benz Classe S560 Maybach n’oublie jamais de vous dorloter. On découvre donc en complément des équipements plutôt inattendus comme le système de protection auditive en cas d’accident Pre-safe Sound, la commande vocale Linguatronic capable de réagir à 450 commandes sans oublier, comble du luxe, le système « Energizing » qui organise les différents systèmes de la voiture : climatisation, diffusion de parfum, réglages des sièges (massages, chauffages ou ventilations), ambiance lumineuse et sonore, pour vous proposer six programmes distincts pour au choix vous détendre ou vous tonifier au volant avec dans ce dernier cas la diffusion précise Mercedes du titre Feeling Good de Riskin sensé vous revigorer.

Avec tout ça, si vous êtes comme moi, vous aurez envie de signer tout de suite le bon de commande. Nous ne saurions trop vous recommander au préalable de passer un rapide coups de fil à votre banquier ou de vérifier les numéros de votre ticket de Loto. Car le montant du chèque à signer est assez élevé. Allez, je vous le dit : 224.500€ tout de même. Mais c’est vrai qu’à ce prix vous vous offrirez « l’état de l’art » automobile aujourd’hui.

 

Commentaires
  • moi
    Répondre

    Cette voiture méritait bien un lieu d’exception pour sa présentation !
    Les qualitatifs à garder en mémoire: élégance, sobriété, confort
    J’ai eu la chance de tester le confort d’un siège arrière « Ouah ! »
    mais ne lisez pas les dernières lignes (prix) restez dans le rêve !

Laisser un commentaire

Start typing and press Enter to search