Essai du nouveau Volkswagen T-Roc

 In Essais

La famille des SUV Volkswagen accueille un petit dernier tout nouveau, tout beau. Tout à fait dans l’air du temps, ce SUV est un peu le pendant de la Golf dans la gamme du constructeur allemand, mais… en un peu plus haut sur pattes !

 

Volkswagen multiplie, et multipliera plus encore dans les années à venir, modèles et gammes. Cette stratégie le pousse à être présent sur tous les segments et dans toutes les niches, même les plus petites. C’est ainsi qu’à côté d’une gamme de voitures, disons, «  classiques », le constructeur de Wolfsburg étoffe peu à peu une ligne de SUV qui accueille aujourd’hui un modèle compact répondant au doux patronyme de T-Roc. Ce Volkswagen T-Roc basé sur une plateforme MQB de Golf devance en fait de peu un nouveau petit T-Cross, sorte de crossover urbain basé lui sur les soubassements de la Polo. En attendant, le T-Roc prend la suite du gros Tuareg et du Tiguan dans la famille « T », celle qui désigne chez VW la famille des SUV/crossover. Avec ses 4,23m de longueur il affiche des dimensions compactes quand le Tiguan annonce 4,49m et le Touareg 4,80m. Mais 4,23m c’est aussi à trois centimètres près les dimensions de la célébrissime Golf (4,26m)….

Mais oublions un instant toute cette petite cuisine de modèles frères et de plateformes communes pour accueillir comme il se doit ce nouveau modèle. Car le T-Roc mérite toute notre considération. C’est un élève méritant. Sa présentation est en effet agréable, élégante mais sans mièvrerie aucune. Très sage, son dessin n’en est pas moins réussi. Les lignes sont dynamiques, les flancs sont marqués pour lui conférer un supplément de présence. Marqué par un jonc chromé, la ligne de toit est fuyante, un peu comme sur un coupé. Ce que souligne ce montant C arrière fortement incliné et la possibilité de choisir un toit de couleur (trois différentes) contrastant avec la teinte de carrosserie (onze proposées). On est finalement assez loin du style relativement raisonnable du Tiguan, véhicule plus familial s’il en est.

L’intérieur n’est pas plus sage puisqu’il accueille si vous le souhaitez des plaquages colorés. Une possibilité bienvenue pour égayer un habitacle bien fini mais où les plastiques durs prédominent. Tout à fait dans l’air du temps, le T-Roc profite d’une instrumentation entièrement digitale avec un Active Info Display de dernière génération agrandi (diagonale de 11,7 pouces) et paramétrable, inauguré par la nouvelle Polo et un écran multimédia tactile de 6,5 pouces de série pouvant aller jusqu’à 8 pouces en versions hautes. On s’y fait vite, c’est très agréable, mais on reste toujours impressionné par l’affichage en grand devant soi de la cartographie de la navigation. Même s’il partage la même plateforme que la Golf, ce T-Roc est un peu moins logeable que celle-ci. Quatre adultes y seront toujours plus à l’aise que cinq (lapalissade… !). Mais son coffre est plus grand. Il offre en effet 445 litres de contenance ce qui est assez flatteur sur ce segment. Mais attention, ce volume baisse à 392 litres si vous retenez l’option 4Motion (4 roues motrices). Mais vous pourrez toujours rabattre les dossiers arrière pour profiter de 1.300 litres de chargement. Comme dans tout bon SUV, et c’est ce qui fait également une partie de leur succès, vous dominez la route. Dans ce T-Roc, « les sièges sont situés à 572 mm au-dessus de la route pour le conducteur et le passager avant et à 618 mm pour les passagers arrière » souligne Volkswagen. La position de conduite est parfaite, les commandes faciles à trouver, c’est un peu comme dans une Golf, quoi ! Et c’est un compliment.

Des moteurs connus et performants

Sous le capot on retrouve une offre connue avec trois moteurs à essence (TSI) et trois moteurs diesels (TDI) de puissance 115ch, 150ch et 190ch. Les versions 150ch sont disponibles en traction ou en transmission intégrale 4Motion, ainsi qu’avec une boîte DSG 7 rapports à double embrayage au lieu d’une boîte six rapports manuelle, sur les modèles 190ch ces deux sophistications sont de série. Très homogène, le 2.0TDI de 150ch (émissions de CO2 en g/km : 132-130) que nous avons essayé grogne bien un peu mais pour le reste il fait le boulot. Plutôt pas mal d’ailleurs. Plutôt très bien même. Plus que ses 150ch qui s’expriment surtout entre 3.500 et 4.000tr/min c’est son couple de 340Nm disponible dès 1.750tr/min qui vous rend la vie agréable. Et sans trop consommer d’ailleurs puisqu’il est annoncé pour 5,0litres/100km en consommation mixte. Les accélérations qu’il permet sont toujours suffisantes (8,4secondes sur le 0 à 100km/h) et les 200km/h en vitesse de pointe qu’il autorise vous laisse de la marge. Evidemment avec ses 1,54m de hauteur, le Volkswagen T-Roc n’offre pas le même comportement qu’une Golf. Mais presque. Car Volkswagen sait fort bien juguler le roulis et le tangage sur ses voitures. Seulement voilà les miracles ça n’existe pas et le confort en ressort un tantinet (comme dirait notre Président Macron) dégradé surtout avec les roues de 19 pouces. L’amortissement piloté (+ 1.440 €) apporte évidemment un mieux même si il vous laisse toujours un peu le choix entre un amortissement presque trop ferme d’un côté et pas mal de pompages de l’autre.

 

Une belle dotation techno’

Groupe Volkswagen oblige le T-Roc arrive avec le tout meilleur de l’offre technologique de sécurité. De quoi comme à l’accoutumée enfoncer la concurrence. La liste est longue : freinage anticollision, surveillance périmétrique Front Assist avec détection des piétons et freinage d’urgence en ville, régulateur de distance ACC avec assistant de conduite en embouteillage, aide au stationnement Park Assist avec fonction freinage, assistant de maintien de voie Lane Assist, Emergency Assist, ou encore le service d’assistance en ligne à contacter en cas de panne ou d’accident.

 

Le Volkswagen T-Roc, n’est pas un SUV au rabais. Il laisse ça aux autres. Bien construit, bien fini, très bien équipé à condition de retenir quelques options indispensables, ce nouveau crossover ne peut pas laisser insensible. Mais ses tarifs sont aussi haut de gamme que ses prestations. Affiché à 21.990€ pour la version 1.0TSI de 115ch, il grimpe vite et s’échange par exemple à 33.320€ dans sa version 2.0TDI 150ch (Lounge).

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Start typing and press Enter to search