Nouveau Volvo XC60 : succès-story en poursuite!

 In Essais

Volvo lance la seconde génération de son XC60 alors que la première mouture a encore le vent en poupe. A croire qu’en Suède on craignait de voir retomber le soufflé. Et pourtant, il y a peu de risque…

Chez Volvo le SUV XC60 est une véritable succès story. Les chiffres l’attestent. En un peu plus de neufs années ce sont plus d’un million d’unités qui ont été commercialisées. Pas mal pour un petit constructeur qui se pose courageusement en concurrent des Premium allemands que sont Mercedes, Audi et BMW. « On a eu énormément de succès avec ce XC60 » reconnaît Marc Debord de Volvo Car France, et avec son successeur « Volvo est vraiment dans une très bonne dynamique ! ». Lancé en 2008, le Volvo XC60 se vend toujours très bien. Vu les commandes engagées, en 2017 il représentera encore une bonne part des ventes de ce modèle soit environ 3.600 unités sur les 6.300 que Volvo espère atteindre cette année. En arrivant en septembre prochain le nouveau millésime du XC60 devrait réaliser le reste soit, 2.700 exemplaires quand même.

Après s’être concentré sur ses gammes hautes, S90/V90 et XC90, Volvo s’est donc attaqué au niveau inférieur. Et en attendant un renouvellement des S60/V60, le XC60 assure la nouveauté du constructeur sino-suédois. Vraiment très proche de son grand frère XC90, ce nouveau Volvo XC60 pourrait presque lui faire de l’ombre. Mais même avec des cotes en hausse dont une longueur de 4,69m, soit +50 mm de supplément, et une largeur de 1,89m, soit +11 mm, le XC60 reste tout de même plus compact. Pour le style en revanche c’est quasiment du copié/collé. D’un rapide coups d’œil il est facile de les confondre. Même proportions, même grand capot, calandre chromée similaire, signatures lumineuses très, très proches, c’est clair la filiation est directe. L’intérieur suit cette même logique et se veut très approchant de celui proposé par le XC90 avec une très belle qualité des matériaux dans un habitacle aéré et spacieux, une finition parfaite mais aussi et surtout une ambiance moins austère que dans ses rivales germaniques. Que les Mercedes GLC, BMW X3 et Audi Q5 s’en inspirent donc un peu ! Dans cet intérieur vraiment très cosy, la place ne manque pas, les rangements sont nombreux et le coffre généreux (505 litres et 1.432 en rabattant les sièges). La planche de bord rappelle beaucoup celle du XC90 mais les aérateurs sont différents par exemple. Ils encadrent un grand écran central tactile de 9 pouces (et même 12,3 pouces en option) complété du système intuitif et à commande vocale « Sensus ». Avec Sensus Connect à vous la connectivité tous azimuts avec musique, radios ou encore livres audio sans oublier la messagerie ou les SMS. Le système de navigation se complète également de quelques fonctionnalités bienvenue comme « Park&Pay » qui vous permet de réserver et payer un parking à destination, « Yelp » pour trouver un magasin ou un restaurant, « Glympse » pour localiser famille ou amis, ou encore « Send To Car » afin de dialoguer avec votre voiture et lui envoyer par exemple votre agenda de RDV avec les destinations à venir depuis votre smartphone. Avec ce dernier, Volvo On Call vous permettra aussi de planifier, préparer ou encore alerter en cas d’accident. Précisons enfin que ce SUV bénéficie à la fois d’Apple Car Play et de Android Auto. Autre élément de confort Premium, l’installation audio Bowers & Wilkins avec ses 18 hauts parleurs et son système de traitement du son qui vous permet d’entendre votre adagio préféré – et ce qui me concerne c’est celui pour cordes de Samuel Barber – dans une véritable salle de concert.

Comme le XC90, le nouveau Volvo XC60 campe sur la plateforme modulable Volvo SPA (Scalable Product Architecture). Elle est néanmoins ici rabotée de 25cm. Les liaisons au sol, avec par exemple la suspension pneumatique adaptative « Four-C »  optionnelle, ou les motorisations Drive-E essence (T5/T6) et diesel (D4/D5) ou encore hybride (T8 Twin Engine) et les transmissions AWD, sont par contre reconduites. En attendant les futures motorisations D3 de 150ch, tous les modèles s’équipent désormais de motorisations quatre cylindres 1.969cm3 avec des puissances allant de 190ch à 407ch. Très recommandable, le D5 235ch AWD, équipé de la transmission Geartronic à huit rapports de notre véhicule testé, profite d’un couple généreux de 480Nm (entre 1.750 et 2.250tr/min) pour animer efficacement ce beau bébé de 1.879kg (sans options). Ses deux turbos agrémentés d’un original système d’overboost à réserve d’air (PowerPulse) soufflent fort et confèrent à notre Volvo XC60 des performances de premier ordre avec un 0 à 100km/h réalisé en 7,2 secondes pour une vitesse de pointe très germanique de 220km/h. Annoncé pour une consommation mixte normalisée 5,5 litres/100km, ce propulseur nous de plus a gratifié lors de notre essai d’un raisonnable 7,4l litres/100km. Ce qui est très honnête au vu des prestations. A ceux qui aiment rouler tout simplement, nous ne saurions trop recommander la suspension pneumatique optionnelle (2.300€) qui dispense un très agréable confort, quel que soit la taille des roues que vous aurez retenue, du 18 pouces au déraisonnable 22 pouces, ou le revêtement rencontré. A bord de ce SUV « pneumatique » vous survolez véritablement la route ou l’autoroute et abattrez du kilomètre sans même vous en rendre compte. Ce système bien qu’évolué ne pourra rien toutefois contre la tendance affirmée au roulis du XC60. Les virolos ne sont effectivement pas son truc et les mouvements de caisse sont prononcés dès que l’on chahute. Mais là n’est certainement pas la destination du XC60, isn’it…?

 

Car qui dit Volvo, pense d’abord Sécurité ! Derrière ce dicton qui vient d’être inventé, se cache une préoccupation de la marque suédoise qui permet à ce XC60 d’afficher une belle liste d’équipements de sécurité. Impressionnante même la liste, puisqu’elle compte plusieurs dizaines de dispositifs d’aide à la conduite. Outre les systèmes traditionnels aujourd’hui (freinage autonome ou d’urgence, reconnaissance des panneaux, aide au maintien en ligne,…) on découvre des dispositifs assez originaux comme celui qui mesure l’adhérence de la chaussée, celui qui détecte l’actionnement des warning sur un autre véhicule ou qui calcule automatiquement le risque de collision à un carrefour sans oublier le « City Safety » qui donnera un coups de volant à votre place si un freinage appuyé ne devait pas suffire à éviter le choc avec un piéton. On notera aussi le système de conduite semi-autonome dernier cri qui gère automatiquement la vitesse et maintient le véhicule dans sa voie jusqu’à 130 km/h.

Toute cette sophistication a un prix. Et celui de notre XC60 D5 235ch AWD BVA8 de test dans sa finition « sport » R-Design s’établit à un coquet 71.910€, bardé il est vrai d’un beau lot d’options de présentation, de confort ou de sécurité comme la peinture métal (1.350€), la fameuse suspension pneumatique (2.300€) ou encore l’affichage tête haute (1.200€). Volvo toutefois souligne que son XC60 n’est pas plus cher que les modèles de la concurrence une fois l’équilibre des dotations, finitions et options égalisé. Il n’en reste pas moins vrai que le Volvo XC60 D5 que nous avons eu grand plaisir à découvrir s’échange à partir de 53.600€. Un tarif résolument « Premium » qui illustre s’il le fallait l’évidente montée en gamme de la marque sino-suédoise!

 

 

 

Maxence Gaget, de Volvo Car France, nous a accordé quelques minutes pour nous présenter ce nouveau SUV XC60 :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires
  • AA
    Répondre

    On dirait Le Luberon avant les incendies

Laisser un commentaire

Start typing and press Enter to search