Hyundai Ioniq Hybride, elle déclare la guerre à la Toyota Prius

 In Essais

La Hyundai Ioniq Hybride entend concurrencer très directement la Toyota Prius. Agréable à vivre et à conduire, bien équipée, elle profite de sa boîte de vitesse DCT pour prendre l’ascendant sur sa rivale.

Le géant coréen Hyundai poursuit son effort en France en proposant des modèles toujours plus attractifs (Tucson, Santa Fé restylé, i30, etc.). Il tente aujourd’hui un gros pari avec sa nouvelle Ioniq Hybride qui tente de détrôner l’emblématique Toyota Prius forte de ses plus de quatre millions d’unités vendues et qui fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Cette Ioniq n’arrive pas seule puisqu’elle est épaulée par deux autres versions, Ioniq Hybride Rechargeable et Ioniq Électrique quand Toyota ne propose que deux versions de sa Prius : Hybride et Hybride rechargeable. Hyundai n’est pas un nouveau venu dans le domaine de l’hybridation. Comme le rappelle Thomas A. Schmid, CEO de Hyundai Motor Europe « Fort de son ix35 à pile à combustible et de ses différents modèles hybrides et hybrides rechargeables vendus dans le monde entier, Hyundai bénéficie déjà d’une solide expérience des groupes propulseurs électrifiés. » Mais Toyota a tout de même engrangé une solide expérience avec sa Prius et le défi est de taille.

Design opposés

Esthétiquement, force est de constater que Hyundai et Toyota n’ont pas la même philosophie. Quand la Toyota Prius affiche sa différence et son modernisme pas un style acéré limite exhubérant, Hyundai préfère la sobriété. Et c’est peut être la bonne démarche tant Toyota a été écorné pour le style de sa Prius quatrième génération. Mais on reste quand même un peu sur sa faim avec la Ioniq. Bien sûr le style est fluide avec un hayon très incliné pour le plus grand bénéfice de l’aérodynamisme avec un excellent Cx de 0,24, et la ligne somme toute élégante, mais le design de cette Ioniq est presque trop sage, trop discret. Mais c’est peut être un atout finalement. Longue de 4,47m et large de 1,82m reprend peu ou prou les mêmes cotes que sa rivale qui affiche le même empattement.
Sous son capot la Ioniq Hybride cache un duo thermique/électrique à la pointe. Il est composé d’un moteur quatre cylindres 1.6GDi à injection directe d’essence et cycle Atkinson, développant une puissance de 105ch à 5.700 tr/mn avec un couple de 147Nm à 4.000 tr/mn, et d’un moteur électrique synchrone à aimant permanent développant 32kW ou 43,5ch et un couple maximum de 170Nm. Celui-ci est est alimenté par une batterie lithium-ion-polymère de 1,56kWh judicieusement glissée sous les sièges arrière. Cet attelage fournit la bagatelle de 103,6kW ou 141ch ainsi qu’un couple maximum de 265Nm. Originalité de cette Ioniq Hybride, sa transmission fait confiance à une boîte à double embrayage. La Prius utilise elle une transmission à variation continue CVT.

xxx

Un design sage

L’habitacle de la Ioniq se montre accueillant même si le design aérodynamique pénalise les passagers arrière qui souffriront un peu d’une garde au toit limitée mais aussi d’une assise ferme. L’espace aux jambes de ces derniers n’est pas non plus gigantesque. Le coffre est de belle taille, profond en revanche avec 443 litres pouvant être porté à 1.505 litres en rabattant les sièges. La planche de bord se veut classique et bien finie avec des revêtements moussé en partie haute. Le tableau de bord accueille un affichage TFT un peu triste mais complet (indicateur de vitesse, mode ECO/POWER, état de charge, carburant, etc.) devant le conducteur, mais il est épaulé par un écran tactile central de 7 ou 8 pouces selon les finitions. Pas de trace en revanche d’affichage tête haute ou de rappel des panneaux de limitation de vitesse face au conducteur. Le volant à méplat se tient bien en main, les différentes commandes se trouvent de manière intuitive. On relève une connexion Smartphone, et un système de recharge par induction en bas de la console centrale. En revanche on est surpris sur cet Hybride high-tech de trouver un antique système de frein de parking à pied. Attention aux bas de pantalons… En fonction des options et finitions retenues vous pourrez vous offrir un équipement de confort très complet : accès mains libres, siège conducteur motorisé qui se recule lorsque l’on monte dans le véhicule (un must!), sellerie cuir, siège électrique à mémoire (conducteur), aide au stationnement avec caméra de recul, régulateur de vitesse adaptatif (ASCC), connectivité Bluetooth avec fonction « My Music », système audio Surround Premium Infinity avec huit haut-parleurs ou système de navigation nouvelle génération. Pour les plus connectés d’entre nous la Ioniq Hybride propose l’Apple CarPlay et Android Auto. En matière de sécurité électronique Hyundai a doté sa Ioniq du système de surveillance des angles morts (BSD) et d’assistance au changement de voie (LCA), de la détection de trafic arrière (RCT), d’un système d’alerte de franchissement de ligne (LDWS) et d’assistance active au maintien de voie (LKAS) mais aussi du freinage d’urgence automatique (AEB) et du régulateur de vitesse adaptatif (SCC).

Des qualités dynamiques

Au démarrage la Hyundai Ioniq s’ébroue doucement en silence mais passe au thermique assez rapidement. En mode Power elle s’élance même de manière assez vive en abattant le 0 à 100km/h en 10,8 secondes (vitesse de pointe de 185 km/h). Les accélérations sont énergiques mais fluides, le moteur prend ses tours dans une jolie sonorité. Rien à voir avec le rugissement induit par le CVT de la Toyota Prius. La boîte à double embrayage robotisée propose un bien meilleur confort de conduite. Un vrai plus. Avec 141ch en cumulé, la Ioniq Hybride permet une conduite dynamique voire soutenue. Ferme mais bien calibré l’amortissement suit le mouvement sans mollir. La voiture est rigoureuse, équilibrée, précise et la direction suffisamment communicative. Le freinage puissant à récupération d’énergie se montre efficace et sait se faire oublier sans parasitage. La Ioniq Hybride est annoncée pour une consommation mixte normalisée de seulement 3,4 litres aux 100 kilomètres. Pour notre part nous avons relevé une valeur de 6,0 litres aux 100 kilomètres qui nous semble plus réaliste en conditions réelles et avec une conduite sans ménagement. Une valeur intéressante néanmoins qui nous offre une autonomie de +/- 900 kilomètre avec le plein de 45 litres de sans plomb. Pour les tarifs, cette Ioniq se montre attractive et bien placée. En finition Intuitive ils débutent à 26.100€ et atteignent les 30.800€ avec un équipement de confort très complet en finition Executive. A noter une garantie constructeur de cinq ans pour un kilométrage illimité pour le véhicule et de huit ans ou 200 000 km sur la batterie.

Fiche technique de la Hyundai Ioniq Hybride :

Moteur thermique 4-cylindres essence 1 580 cm3 cycle Atkinson à injection directe, puissance 105ch à 5.700 tr/mn avec un couple de 147Nm à 4.000 tr/mn
Moteur électrique: synchrone à aimant permanent développant 32kW ou 43,5ch et un couple maximum de 170Nm
Puissance et couple cumulé : 141ch et 265Nm
Transmission: double embrayage, 6 vitesses
Batterie : Lithium-ion Polymère
Capacité de la batterie (kWh) : 1,56
Voltage (V) 240
Vitesse maxi : 185km/h
Accélération de 0 à 100 km/h : 10,8 secondes
secondes*
Consommation mixte constructeur: 3,4l/100 km – relevé: 6,0l/100km (20%autoroute/50%route/30%ville)
Emission: 79-92 g/km
Poids à vide (kg) 1 370
Longueur/largeur/hauteur (m) : 4,47/1,82/1,45
Empattement: 2,70m
Réservoir : 45l.

Les tarifs :

Intuitive 26.100€
Business 27.300€
Creative 29.300€
Executive : 30.800€

 

Laisser un commentaire

Start typing and press Enter to search